Jeudi 27 janvier – le réveil de la modernité 10

Jeudi 20 janvier à 11H30 au cinéma l’Arlequin 1945-1960

1945-1960, le réveil de la modernité en France 10/18 Alberto Giacometti et Germaine Richier

Dominique Dupuis-Labbé, conservateur général honoraire du patrimoine

Suite du cours consacré aux artistes témoins d’une humanité misérabiliste. Après les peintres, deux sculpteurs qui expriment les difficultés de l’humanité au sortir de la guerre.

Alberto Giacometti est le fils d’un peintre suisse, Giovanni Giacometti(1868-1933) et le filleul de Cuno Amiet (1868-1961), sont deux figures essentielles de sa jeune vie d’artiste. Peintre et sculpteur, il mène des recherches sur la tête humaine et les yeux, siège de l’être humain toute sa vie. Réfugié en Suisse durant la guerre, conçoit en 1944-45 la sculpture qui sera le prototype de ses figures debout d’après-guerre…

Élève également de Bourdelle, Germaine Richier développe après-guerre un monde où se mêlent représentations animales, humaines et végétales et figures hybrides, assez inquiétantes. Ses créations témoignent des blessures laissées par la guerre, et des liens qui unissent les trois règnes.